Législatives

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Législatives

Message par Tanska le Lun 21 Mai - 3:06

http://blogs.rue89.com/roo88/2012/05/20/legislatives-letranger-des-circonscriptions-xxl-bricolees-227560

Législatives à l’étranger : des circonscriptions XXL bricolées

En 2012, les législatives innovent et passent en 2.0. Les Français de l’étranger pourront en effet élire leurs représentants par Internet, et ce pour la première fois dans l’histoire de la Ve République. Derrière cette belle image pour l’Etat se cachent cependant des détails dérangeants.

Tout d’abord, la taille des circonscriptions. Basée sur le savant calcul d’un député pour 100 000 inscrits, on aboutit à des superficies proprement gigantesques. En témoigne la taille de la 11e circonscription, dont fait partie l’Australie, mais aussi la Russie, la Chine, le Japon et plus généralement environ toute la moitié Est du globe.

De quoi faire doucement rire à l’idée de voir un député parcourir l’ensemble de la circonscription pour convaincre les électeurs. On ne parle même pas de défendre un quelconque intérêt commun.

En vérité, c’est l’existence même de ces députés de l’étranger qui est remise en question. Conformément à la révision constitutionnelle de 2008 qui a introduit le dispositif, onze députés représenteront les Français de l’étranger. Mais que représenteront-ils ?

La candidature emblématique de Thierry Mariani dans la circonscription de l’Australie peut illustrer un bon vieux recasage d’un ancien membre du gouvernement, ajoutée à celle de Frédéric Lefevbre ou Marie-Anne Montchamp.

Les très bons scores de la droite tant au premier qu’au second tour (38% puis 53% pour Nicolas Sarkozy) augurent d’une belle victoire pour l’UMP, qui pourrait se voir renforcée dans son ambition de conserver une majorité à l’Assemblée Nationale.

Cependant, tout reste à faire dans des circonscriptions affichant parfois jusqu’à vingt prétendants, et où une dissidence à droite pourrait être destructrice. Verra-t-on ces députés aux circonscriptions XXL uniquement à Paris, tandis qu’une armada de secrétaires essayeront tant bien que mal d’envoyer les doléances des expatriés ?

Un scrutin de seconde zone ?

Mais la spécificité de ces élections va encore plus loin. Dans une tentative d’obtenir une participation électorale plus forte que les 40% en moyenne obtenus pour la présidentielle, les organisateurs ont décidé d’étaler le vote internet sur six jours pour le premier comme pour le second tour.

Entre le 23 mai et le 29 mai aura lieu le premier tour, suivi du second entre le 6 juin et le 12. Cette méthode renforce une nouvelle fois la différence affichée entre Français métropolitains et de l’étranger, mis à l’écart dans une sorte de scrutin de seconde zone.

Lorsque la France métropolitaine votera pour son second tour, les dés seront déjà jetés ici en Australie. Déconnectés de manière officielle et non plus officieuses, il y a fort à parier que les expatriés, partis pour des raisons en général économiques, se sentiront encore moins concernés par la politique métropolitaine.

La peur du bug

A cela s’ajoute la peur du bug. Avec 1 594 303 Français à l’étranger qui élisent onze députés, c’est un peu plus de 3% des électeurs qui pourraient voir leur résultat annulé en cas d’attaque informatique ou de panne du système.

Ceci reste de la fiction, et les inquiétudes restent modestes voire balayées d’un revers de la main par les ambassades. Peu de problèmes aussi concernant la fraude, puisque ce ne sont pas des machines à voter qui seront utilisées, contrairement aux Etats-Unis ou en Russie.

Dans le même temps, la manière même de recevoir son mot de passe, sous la forme d’une sorte de jeu à gratter, pourrait remettre en cause l’idée de sérieux que l’on associe généralement à une élection.


Grattez pour découvrir... votre identifiant (Etienne Combier)
Or, c’est bien tout le contraire qui est en train de se jouer. Cette première est un nouveau test de solidité de la réforme de 2008.

Les élections seront-elles suivies ? La question taraude les ambassades, chargées du bon déroulement du scrutin. Un défaut est à pointer d’emblée : seul un tiers des candidats ont leur profession de foi en ligne, ce qui handicape grandement les deux tiers restants.

Cette réforme permet aux revendications des Français de l’étranger d’accéder à l’Assemblée Nationale, qui leur était fermée. Auparavant, seuls douze sénateurs les représentaient. Mais peut-on réellement parler de progrès ?
avatar
Tanska
Chimay
Chimay

Nombre de messages : 2005
Age : 35
Localisation : Seoul, South Korea
Réputation : 0
Points : 804
Date d'inscription : 01/03/2006

http://web.mac.com/tifred2/Tifreds_world/Hi_in_there%21.html

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum